USA Jour 03 – Palm Springs, nudisme et chippendales

Je mets mon sac de voyage et mon sac à dos dans ma Ford Escape, je monte à bord, sors ma petite pochette de CD, et c’est Thiéfaine qui ouvrira le bal de mes nombreux kilomètres. J’ai 2h30 de route jusqu’à Palm Springs, il faut que je prenne une « freeway », c’est pas rassurant mais au moins c’est tout droit.

trajetpalmsprings

Hop, je démarre, et le CD de Thiéfaine s’ouvre sur « Annihilation », une piste que je n’avais jamais vraiment écoutée.

Quand l’harmonica débarque, j’ai des putains de frissons. Je suis là, sur mon autoroute, les fenêtres de la voiture grande ouverte, calvitie au vent, et je me sens léger. Je sais qu’à partir de maintenant, je suis libre d’aller où je veux. C’est le vrai début de l’aventure, et il me semble que cet instant fugace, qui n’a duré que pendant la dizaine de minutes de la piste, m’a permis de toucher des doigts ce truc un peu étranger qu’on appelle le bonheur.

La route est DCIM100GOPROassez bouchée, ça rame un peu, mais j’suis bien, là, avec ma sauce thiéfaine et les paysages qui défilent. Plus les kilomètres défilent, plus j’ai envie de m’arrêter pour prendre des photos tant le ciel et les collines sont magnifiques. Je prends des photos à l’arrache avec la gopro, c’est toujours ça de pris.

Peu avant Palm Springs, j’arrive à ce qu’ils appellent les « Windmills », c’est à dire un champ d’éoliennes. Il y en a des milliers qui s’étendent sur une bonne vingtaine de kilomètres, c’est assez hypnotisant. Il faut savoir que je kiffe les éoliennes. Me demandez pas pourquoi, hein, mais je suis un de ceux qui trouvent ça beau. Alors hop, je profite d’un petit chemin de terre pour prendre quelques photos sous un coucher de soleil magnifique. Je remarque d’ailleurs en sortant de la voiture qu’il a beau être 20h, il fait BEAUCOUP plus chaud qu’à Los Angeles à 14h. Bon, faut dire on est dans un désert quand même.

J'serais bon photographe pour faire des pubs de caisse, non ?
J’serais bon photographe pour faire des pubs de caisse, non ?

J’arrive ensuite à l’hôtel où travaille Robert, mon nouvel hôte. Il travaille dans un hôtel ambiance années 50, chaque chambre a un univers différent, de James Dean à Marilyn Monroe. Il me fait faire un petit tour à pieds, et me montre une sorte de pont qui permet de passer d’un hotel à un autre, au dessus de la route. Sauf que le pont est totalement couvert sur les côtés, on ne peut pas voir les gens qui l’empruntent. Pourquoi ? C’est un pont qui relie en fait deux hôtels nudistes, et ça leur permet de traverser la route tout en étant à poil ! Je sens que je vais apprendre des trucs cools sur Palm Springs.

On marche jusqu’au centre-ville où la vie nocturne est très importante le week-end. Effectivement il y a plein de gens, plein de bars avec concerts, plein de gens jeunes et beaux, mais d’une beauté qui fait un peu toc, à nouveau. Bon, ça m’empêche pas de reluquer un peu les charmantes demoiselles en tenue de soirée, j’vais pas non plus faire le snob, hein.

Mais bon, mon hôte m’éloigne de ces sirènes et m’emIMG_20150711_211145mène dans un quartier gay. On croise notamment « Gay Mart », un magasin de vêtements pour gays; j’lui ai rien demandé, mais il m’emmène dedans… Well, why not. Tous ces vêtements me semblent malgré tout un peu trop serrés pour moi.

Il me propose d’aller boire un verre, et c’est donc à ses côtés, entouré de 30 autres mecs et d’un chip’n’dale avec le slibard rempli de pognon que je bois ma première bière du séjour. Ma foi pourquoi pas ? C’est juste devenu un peu gênant quand mon hôte m’a demandé si on pouvait aller le voir de plus prêt. Bon, les mecs c’est pas trop mon truc mais faut avouer qu’il dansait bien le coquinou, son boule à 2cm de mon nez. Il m’emmène ensuite dans un quartier un peu reculé. « Tu reconnais ? » Absolument pas. « C’est là que sont tournés une majeure partie des pornos gays américains ». A ce moment là je commence à me dire qu’il faudrait que je mentionne l’air de rien que je suis hétéro, à un moment.

On revient ensuite chez Robert qui à peine arrivé, me fait un mojito bien dosé. On papote de tout et de rien en regardant les infos, puis il sort un bon gros paquet de weed de sous son canapé. Vu que je suis bien élevé, je ne refuse pas l’invitation (mais c’est uniquement parce que c’est l’image de la France que je ne veux pas ternir, hein.)

On parle de la légalisation au Colorado, je lui demande s’il pense que ça s’élargira aux autres Etats un jour. D’après lui, clairement : « We’re just waiting for a full generation of people to die so that their backwards beliefs disappear with them ». Haha.

L’herbe me monte un peu au cerveau, mais ça me fait jamais un effet de ouf non plus. Hormis le fait que mes yeux bougent avant ma tête, je remarque surtout que la weed me donne un accent français ultra exacerbé. C’est marqué ça dans les effets secondaires ?

On se met à parler de drogues en tout genre, et il m’apprend que pendant son adolescence, dès ses 15 ans, il prenait du LSD et allait parfois en cours complètement défoncé. Putain, c’est quand même assez hardcore comme truc, déjà que mes élèves quand ils ont mangé des frites le midi tu peux pas les tenir, j’imagine pas faire cours à des gniards sous acide haha. Mais apparemment c’était relativement courant !

Pour lui le LSD c’était plus qu’une drogue, ça faisait partie d’un véritable mode de vie. Il me parle avec passion du groupe « The Grateful Dead » dont je n’avais que vaguement entendu parler jusqu’alors. Et il me raconte qu’il les a suivi pendant des années, il a fait plus de 400 concerts, et apparemment, dans ces concerts, tout le monde était « on the bus », expression pour dire « carrément défoncé sous acide, mec », y compris les musiciens.

Il me montre des photos de concerts, et effectivement, sur le visage des zicos comme des spectateurs, on peut lire une sorte de béatitude qui ne peut-être que le fruit de substances pas très catholiques.

On enchaîne les mojitos en matant un de leurs concerts, il me raconte plein d’anecdotes à leur sujet, et c’est passionnant. J’sais pas si aujourd’hui on a un truc similaire, j’imagine mal des gamins de 17 ans partir sur les routes pour suivre Maitre Gim’s en live, et créer tout une communauté autour. Quoi que, y a ça avec Kev Adams peut-être.

C’est vrai que ça bute bien, The Grateful Dead. On dirait une transe continue de plus d’une heure, faut vraiment que je me penche là-dessus; si j’avais un CD pour qu’ils m’accompagnent pendant mon road trip, ça serait le pied.

Il est 2h du mat, mes yeux commencent à se fermer, il est temps d’aller au lit.

14 commentaires

  1. Comme partout si tu as un PC, tu peux chopper un CD en DDL illégal ou demande à Robert si tu peux pas faire une copie d’un CD sur ton téléphone ou en CD avant que tu partes. Demande aussi les Mothers of Invention c’est pas mal planant aussi (C’est le groupe de Franck Zappa)

    J'aime

  2. petite information :En seconde, avant que je redouble, j’étais dans une classe où les 3/4 (gars et filles) étaient cuités ou défoncés ( défoncés à l’eau écarlate) pendant les « perms » comme on avait le droit de sortir.
    Autant, bourrés ,ils étaient intenables.
    Autant, défoncés ( à l’eau écarlate), ça se voyait qu’à leurs yeux rouges. Ils passaient sinon leurs heures de cours à dormir…
    Bon, c’était quand même ma pire classe ( ils étaient raciste, homophobes,et pour les gars, on peut rajouter misogyne quand ils étaient assez sobres /clean pour parler) .

    J'aime

  3. Le titre me fait penser à un titre d’article de chez Vice haha
    J’aime beaucoup ta manière de raconter tout ce qu’il t’arrive, puis les p’tites chansons entre deux paragraphes c’est une super bonne idée aussi, cimer pour les découvertes musicales 🙂

    J'aime

Lâche tes com's

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s